lundi 27 juin 2011

National Museum - Butare

Ok, j'ai un peu menti, j'avais dit que je parlerais de lieux de sortie à Kigali, et là je vous emmène à Butare, ville étudiante du sud du pays. Enfin Kigali-Butare c'est pas non plus le bout du monde, un peu plus de 130km, 2h de bus sont nécessaires pour relier les deux villes. Avec en plus de chouettes paysages. Pour un peu plus de 5 euros l'aller-retour, on va pas faire la fine bouche... J'ai donc décidé d'aller y passer un dimanche après-midi la semaine dernière et en charmante compagnie silvouplé.

Le musée national est une véritable fierté ici. On y trouve à peu près tout ce qu'il y a à savoir sur le Rwanda aux niveaux historique, géographique, ethnographique et culturel. Le musée s'étend sur 2.500m² et est divisé en 7 salles, chacune d'entre elles proposant une thématique particulière. A noter qu'il ne s'agit pas d'un musée d'histoire contemporaine, et que rien n'est dit sur le génocide. Pour comprendre cette tragédie, il faut se rendre au mémorial de Gisozi à Kigali (visite que j'ai effectuée en mai et que j'ai relaté à la fin de cet article).

Mes impressions sur le lieu ? Passionnant si l'on s'intéresse à l'histoire du Rwanda autrement que sous le prisme du conflit Hutu/Tutsi qui a connu son paroxysme en 1994. On en apprend énormément sur l'histoire du pays : la présence des premiers êtres humains environ 1000 ans avant JC, les débuts de la constitution d'une Nation rwandaise aux alentours du 13e siècle puis la création du Royaume du Rwanda au 15e siècle avec à sa tête des monarques Tutsi, l'évolution des modes de vie, l'arrivée des premiers colons allemands à la fin du 19e sicèle, et la surprise de ceux-ci face à l'existence d'une forme d'Etat Nation dans un continent que l'on croyait exclusivement tribal. Les salles regorgent de documents - photographies, textes, objets - qui ne sont pas avares en informations et viennent étancher la soif de détails des voyageurs les plus curieux.

Ce musée constitue aussi une occasion de se plonger dans les pratiques artistiques, culturelles et musicales en vigueur au Rwanda. Il existe aussi une section relative à la divination, les Rwandais étant particulièrement superstitieux. Les domaines couverts sont larges et variés, mais jamais abordés superficiellement.

La visite dure grosso modo une heure, un peu plus si on lit absolument tout et qu'on s'attarde sur les détails. Ca laisse un peu de temps pour d'autres activités : profitez de votre présence à Butare pour aller vous balader dans le jardin botanique de la ville, et éventuellement à l'arboretum (Gui, si tu passes par là...). Pourquoi pas aussi aller jeter un oeil à l'université nationale du Rwanda, située à proximité du musée. Pas grand chose à faire à Butare cela dit : l'unique rue qui traverse la ville de part en part ne recèle pas de trésors. C'est toujours agréable cela dit d'aller se poser sur la terrasse de l'Hôtel Ibis pour y déguster une petite mousse ou une bonne crêpe glace vanille et chocolat chaud, tout en regardant observant l'activité dans la rue principale. De l'autre côté de cette même rue quand on vient de l'Ibis, on peut trouver un excellent magasin d'objets d'art et autres souvenirs du Rwanda. Histoire de dire que vous êtes pas venus ici pour rien !

Au final, je recommande donc vivement la visite de ce musée, mais souhaite avertir que tout passionnante qu'elle soit, elle n'est en rien révolutionnaire et ne vous fera pas non plus grimper au plafond. Les plus frustrés relèveront même des petites erreurs dans la traduction des textes en français, l'absence de mise à jour de certaines informations, et quelques clichés jaunis par le temps. Néanmoins les éléments exposés constituent la meilleure des façons de se familiariser avec la culture rwandaise, et la visite des lieux revêt à ce titre un caractère indispensable pour toute personne de passage ici.


Photo à venir dès que je les aurai récupérées !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire