lundi 27 juin 2011

Ishyo Arts Centre

Voilà un endroit que j'ai mis cinq mois à découvrir, j'ai un peu honte, je dois l'avouer. Surtout que ledit lieu a son QG dans un bâtiment qui jouxte une des boîtes que je fréquente assidûment... Mais mieux vaut tard que jamais !



Le Ishyo Arts Centre a vu le jour en 2005 sous l'impulsion d'un groupe de rwandaises désireuses de promouvoir la culture de leur pays ici au Rwanda et à l'étranger. C'est un centre culturel qui propose toute sorte d'activités : concerts, expos, spectacles de danse, théâtre, etc. Je m'y suis rendu il y a un peu moins de deux semaines avec Alena, une amie allemande en stage à l'UNESCO, toujours dans les bons plans quand il s'agit de sorties un peu atypiques. C'était un vendredi soir, à l'heure de ce qui normalement constitue le sacro saint moment de la semaine où on se retrouve entre amis pour déguster la première bière synonyme de week end (j'entends les mauvaises langues qui se demandent vraiment si on attend le vendredi soir pour se boire une petite mousse...). Alena me sort donc du train train de la semaine et m'invite à voir un spectacle de "stand up". Pour les non initiés, le stand up est une scène ouverte où défilent des comédiens qui viennent y jouer leurs sketches. Un maître de cérémonie anime la soirée, joue son propre spectacle entre chaque intervention et présente les artistes à venir. Il s'agit d'Hervé, par ailleurs ami de mes deux colocs (je vous ai déjà dit que Kigali était un véritable microcosme ?). Un mec vraiment hilarant qui égratine absolument tout et n'importe quoi sur son passage, passant à la moulinette les Rwandais, le comportement bling bling des Congolais, les relations Nord-Sud, les absurdités des dossiers pour obtenir un visa pour l'Europe ou les USA, l'amateurisme de la télévision rwandaise, la religion et j'en passe. Le type joue juste, il est incisif et sait alterner entre spectacle écrit et improvisation totale, notamment en entrant en interaction avec un public tout acquis à sa cause.

Petite particularité : les artistes passent du français, à anglais et au kinyarwanda d'un sketche à l'autre voire dans le même sketche. Solution miracle qui permet à tout le monde de s'y retrouver et d'attirer une audience aussi large que possible. Le trilinguisme, s'il est une chance, peut aussi poser des problèmes notamment en termes de cohérence entre les Rwandais ayant grandi ici et maîtrisant le kinyarwanda d'une part, et les Rwandais de la diaspora récemment revenus au pays, ayant grandi en parlant anglais ou français d'autre part . L'utilisation conjointe des trois langues est le remède qui permet d'éviter de perdre la moitié de l'auditoire.

Sur le fond : on alterne entre l'excellent et le très mauvais. Hervé est particulièrement bon dans son rôle, mais tout le monde n'est pas à la hauteur. L'humour utilisé manque parfois de finesse, et les thématiques sont assez redondantes. Mais on ne peut que saluer l'effort et encourager de telles initiatives qui visent à promouvoir de jeunes talents rwandais. Une belle preuve que dans un pays qui panse ses plaies, le rire reste un outil qui permet d'aller de l'avant.

J'attends avec impatience les prochaines manifestations culturelles du centre et manquerai pas de vous les relater !

Ishyo Arts Centre
Endroit : à Kacyiru, à côté du club "Shooters". Prendre la route qui descend en face de la présidence et suivre les panneaux "Goethe Institute"
Liens :  le site internet est en construction (je sais pas depuis combien de temps, mais je sais qu'il peut le rester pendant encore un moment...) donc mieux vaut visiter la page facebook 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire