jeudi 12 mai 2011

Parenthèse hexagonale (bis)

Une fois n’est pas coutume, je troque mes habits d’expatrié en Afrique pour endosser ceux de Français concerné par la gestion des affaires dans son pays. 

S’il n’en est rien officiellement, personne n’est dupe, et Nicolas Sarkozy a entamé la campagne qui – du moins lui l’espère, moi pas – devra le reconduire à son poste. Mais plutôt que de l’affirmer et de se griller auprès d’une opinion publique qui attend des actions plus que de la communication, il a chargé ses lieutenants d’aller tâter le terrain. Dernier en date à s’être livré à cet exercice : Laurent Wauquiez, avec sa désormais célèbre sortie sur l’assistanat, « cancer de la société ». Les thématiques de l’insécurité, de l’immigration et de l’identité nationale ayant été usées jusqu'à la corde, il fallait bien passer à autre chose. Ces propos d’un membre du gouvernement témoignent de la volonté de l’exécutif de trouver le nouveau joujou que Sarkozy pourra utiliser comme un véritable hochet pour divertir son électorat et surtout détourner son attention des véritables maux de la société : chômage, précarité, pouvoir d’achat. La méthode est connue et sa banalisation à outrance ne choque même plus. On en vient à perdre les mots pour tenter de combattre cette technique qui donne encore une fois une piètre image de la politique. 

Heureusement, le bon sens, bien que rare par les temps qui courent, n’a pas encore totalement rendu les armes. En témoigne ce papier du Monde qui vient littéralement remettre Wauquiez à sa place en pointant du doigt tout ce qu’il peut y avoir de faux et malhonnête dans son discours. S’il vous plait, prenez quelques minutes pour lire cet article, véritable bouffée d’oxygène dans un débat politique à bout de souffle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire