mardi 1 février 2011

Heroes Day

Au moment de partir du bureau hier, je passe voir certains collègues pour leur dire au revoir, et "à demain". Réponse : "ah non, demain c'est férié !".

La bonne nouvelle (mouais, à voir, vu les trombes d'eau qu'on prend aujourd'hui) ! Ca m'a naturellement poussé à me demander ce qui était célébré en ce 1er février. Il s'agit du Heroes Day (la fête des Héros), où sont célébrés des personnalités qui ont dans le passé oeuvré par leur héroïsme, pour le salut du pays. Pas forcément évident à comprendre ce que ça représente, surtout qu'en France on n'a absolument rien qui se rapporte de près ou de loin à ce genre de commémoration.

Concrètement, comment se déroule la journée ? D'odinaire, je sais qu'un rassemblement au stade est organisé, avec divers spectacles sur la pelouse, et en bouquet final un discours du président en live depuis les tribunes. Mais cette année, à moins que je me trompe, il ne me semble pas qu'une telle manifestation ait eu lieu, et tant mieux vu la météo. J'ai lu dans le journal qu'aucune parade militaire ou policière n'était prévue, mais que cette édition 2011 de la fête des Héros serait plutôt célébrée dans les villages. Sous quelle forme ? Très honnêtement je ne sais pas, et les personnes qui m'entourent non plus... Très certainement que des cérémonies de commémoration sont organisées à droite à gauche. Il est même probable que des débats et réflexion aient lieu.  Le Ministre de la Culture et des Sports, Joseph Habineza, souhaite que cette journée soit l'occasion pour les Rwandais de prendre le temps de réfléchir aux actions menées par les héros dans l'Histoire du pays, à la façon dont ils peuvent être célébrés et comment le Rwanda doit en être digne. Cette journée a en fait surtout comme objectif de fédérer la Nation autour de figures communes à tous, histoire de consolider un socle national commun largement effrité lors du génocide de 1994 (ça me rappelle un peu les phases de Rohr du cours d'histoire de Dumoulin en 1A).

D'ailleurs, parmi les personnalités que le ministre souhaite voir célébrées, nombreuses sont celles liées à la guerre civile et au génocide : Fred Rwigema, l'homme qui a mené l'armée du FPR (Front Patriotique Rwandais, qui s'était exilé en Ouganda) pour libérer le Rwanda en 1990 ; Felicite Niyitegeka, une soeur Hutu qui a protégé des Tutsi en leur faisant passer la frontière avant d'être exécutée par les génocidaires Hutu ; Agathe Uwilingiyimana, première ministre assassinée (bien que protégée par des soldats belges des Nations Unies, eux aussi assassinés) juste après que l'avion du président Juvénal Habyarimana ait été descendu, marquant le début du génocide. D'autres personnes seront aussi célébrées, notamment Mutara III du Ruanda, avant-dernier souverain du royaume du Ruanda, mort en 1959.

Je serais bien allé faire un tour, mais je vous assure que la pluie ici refroidit rapidement les meilleures des intentions...

1 commentaire:

  1. Sans faute d'orthographe pour Agathe Uwilingiyimana, la classe !!

    RépondreSupprimer